Transition Kotka-Saint-Pétersbourg

Après 2,5 ans d'attente pour la fin des interdictions de mouvement à la suite de la pandémie de Coronavirus, j'ai décidé de descendre le yacht et de le déplacer de Kotka à Saint-Pétersbourg dès que possible. L'occasion n'est pas venue. Le passeport étranger a été remplacé par un nouveau, et le nouveau ne contenait pas de visa. Pour en obtenir un nouveau, je ne correspondais à aucune des Catégories autorisées à entrer en Finlande. J'ai écrit une lettre au consulat, j'ai joint le contrat de stockage du yacht et à partir de la deuxième approche, j'ai été autorisé à déposer des documents pour un visa. Je l'ai eu et je suis allé chercher le yacht.
Après avoir passé les procédures humiliantes d'inspection, de questions sur les objectifs du voyage, de vérification de tous les documents possibles à la frontière russe, je suis finalement arrivé en Finlande. Les gardes-frontières finlandais ont été satisfaits de ma réponse à la question du but du voyage et n'ont rien demandé d'autre.
J'avais prévenu à l'avance la compagnie où le yacht était entreposé de mon arrivée, de sorte que, à mon arrivée, le yacht était presque accroché aux élingues et était prêt à descendre. Après deux ans d'inactivité sur le rivage, elle était terriblement sale. Je l'ai lavé après la descente pendant 3 heures, mais je n'ai jamais réussi à laver certains endroits. Mais l'essentiel - le yacht était sur l'eau, et il était possible de se préparer à la transition. La batterie, étonnamment, est restée vivante, le moteur monté après avoir vérifié la bougie et changé l'huile a commencé tout à fait normalement, bien que l'ancienne essence de 2 ans se soit fait connaître. L'intérieur était sec, bien qu'un peu poussiéreux. Les voiles, les couvertures, les papiers, etc. - tout allait bien. Les cordes sont presque toutes étouffées, couvertes de Tina. J'ai dû les pétrir et les laver autant que possible.
Le lendemain, j'armais et vérifiais le yacht. Je suis très reconnaissant aux camarades voisins du quai pour leurs conseils et leur aide dans la préparation. Surtout aidé Sven, acceptant d'aider à acheter un talkie-walkie portable, sans lequel il pourrait y avoir des problèmes lors du franchissement de la frontière. Très reconnaissant à Sven et Michael.
Le troisième jour, j'ai acheté de la nourriture (on ne sait pas combien de temps devait passer sur le bateau), versé de l'essence dans des bidons et je suis allé à l'île de Santio pour passer le dédouanement. J'ai prévu d'y arriver plus tard pour y passer la nuit, et le matin, après avoir passé les procédures douanières pour aller à Saint-Pétersbourg.
De Kotka à Santio, le chemin a pris 5 heures et demie. Le vent était très bon (7-10 m/s) et surtout en descente. Bien sûr, le chemin entre les îles s'avère sinueux, mais il n'a pas été nécessaire de virevolter nulle part. Une soirée ensoleillée, des nuages blancs, du vent frais et de superbes vues sur les îles - après presque 3 ans d'inactivité sur le rivage, j'étais tout simplement ravi. Mais je ne voulais pas me réjouir. C'était triste de quitter la Finlande et Kotka, proche du cœur. En passant par les îles, je me suis souvenu d'y aller, de marcher, d'admirer les vues, de passer des soirées ensemble avec des entreprises amicales...
Il n'y avait personne sur Santio. Je me suis calmement amarré, j'ai dîné, j'ai précisé les prévisions météo du lendemain, j'ai ajusté l'itinéraire et je me suis couché.
Le lendemain, en se réveillant, j'ai d'abord appelé les gardes-frontières pour leur dire que je passerais le dédouanement. Ils sont arrivés en bateau une demi-heure plus tard. Ils ont fouillé le bateau, mis des sceaux sur les documents. Au cours de cette affaire, nous avons discuté avec eux de la transition, de la situation politique actuelle et même des yachts. Ils m'ont précisé si je partais immédiatement ou si je resterais toujours debout et, après avoir entendu que j'avais l'intention de partir immédiatement, ils ont souhaité un bon chemin.
Je suis parti vers 9 heures du matin. Le vent était un peu plus faible que la veille, mais encore une fois. Presque tout le chemin jusqu'à SAINT-Pétersbourg, j'ai marché fordewind. Bien sûr, bakstag serait mieux. Mais ce qui n'est pas contre le vent est déjà bon. Je dois dire que j'ai bien sûr choisi le jour de la traversée à l'avance pour qu'il y ait un vent approprié.
20 minutes après le départ de Santio, j'ai traversé la frontière avec la Fédération de Russie. Par radio, j'ai été appelé immédiatement (très utile). J'ai dit que je suis seul sur un yacht, je vais à Saint-Pétersbourg et je n'ai pas de drapeau. J'ai été averti que les districts 105 et 107 devraient être contournés. Plus personne n'a appelé après cela. Ensuite, tout était monotone. Les vagues et le vent. Je me suis approvisionné en thé dans un thermos, en petits pains, en sandwichs et en tartes pour pouvoir manger sans quitter la barre. Il a alterné thé, cigarettes et chansons pour s'amuser.
La côte russe s'approchait lentement. D'abord apparurent les îles de Bouleau, puis la rive Nord, puis la rive Sud. Il pleuvait à l'horizon, puis il pleuvait, et il était toujours sec au-dessus de moi. De la chance. Je ne voulais pas me mouiller. Dans l'après-midi, même le soleil semblait devenir un peu plus amusant.
Enfin, j'ai vu à l'horizon le maïs du centre lahta. Un bon point de repère fait. Mais le vent a commencé à se calmer. La vitesse a chuté à 3 nœuds. Pour ne pas traîner la nuit sur les vagues, j'ai décidé de démarrer le moteur et de terminer la transition rapidement. Bien que bruyant avec le moteur, mais l'augmentation de la vitesse sur les nœuds 2,5 m'a permis d'économiser des heures de voyage 3.

https://youtu.be/vGHJOcCQOzE

À l'approche de Kronstadt, le village de talkie-walkie. Je n'ai travaillé qu'à la réception. Par conséquent, il est passé à travers les installations de contrôle sans avertissement. Comme on m'a dit plus tard-pas terrible, je ne suis pas un tel oboltus.
Tout le chemin de Santio à Kronstadt (69 miles sur la piste) a pris 16 heures.
Je me suis arrêté à la frontière debarkader dans le fort Constantin vers une heure du matin et les gardes-frontières sont immédiatement venus avec des papiers. Même les amarres n'ont pas eu le temps de poser normalement. Les gardes-frontières maritimes étaient beaucoup plus accueillants que les gardes-frontières terrestres. Pendant toute la journée, j'ai été bercé par les vagues de sorte que j'ai eu du mal à comprendre, mais les filles-gardes-frontières m'ont expliqué tout ce qu'il fallait écrire, ce qu'il fallait faire, etc.
Le matin, je me suis réveillé au son de la trompette. Il se trouve dans le fort ce jour-là, la fête des Voiles de Kronstadt était préparée. Non loin du yacht, il y avait une scène et les musiciens se préparaient pour le concert, ajustaient l'équipement. Je suis allé directement du vaisseau au bal. Pendant le dédouanement, j'ai écouté de la musique.
En poursuivant votre navigation sur le site Web ou en cliquant sur «Accepter», vous acceptez de stocker des cookies du site Web et des cookies des services statistiques de votre navigateur pour améliorer la navigation sur le site, analyser l'utilisation du site.